Dossier Cabiria Quinto Episodio

Paris, 13 novembre 1931
Paris, 13 novembre 1931

Paris le 13 novembre 1931. Cher Monsieur Pastrone,

Je vous confirme ma lettre d’hier et suis impatient de vous lire car à l’issue d’entrevues avec de nouveaux clients je crois devoir vous confirmer la nécessité de synchroniser le film sur pellicule afin de pouvoir en tirer un parti intéressant.

(…)

On pourrait obtenir je crois le prix de 5.000 dollars pour l’exclusivité et probablement cet acheteur prendrait également la Belgique, mais tout ceci à condition que le film soit sur pellicule…

Paris, 8 février 1932
Paris, 8 février 1932

Paris, le 8 février 1932. Cher Monsieur Pastrone,

Vous devez vous demander si je vous oublie pas! N’en croyez rien, mais la transposition du son de la bobine Cabiria ainsi que l’élaboration du contre type et le montage de la bobine ont demandé un certain temps et n’ont été terminés que samedi.

J’ai passé cette bobine, le contre type est bien, la fenêtre moviétone ne nuit pas du tout aux scènes, et cependant souvenez vous que c’est dans cette partie qu’il y a les chants du Temple de Moloch où le premier chanteur est au milieu, mais cela ne décale pas.

La sonorisation est bien rendue, mais peut-être un peu faible à coté du disque, l’ingénieur cependant m’a dit l’avoir fait intentionnellement pour ne pas amplifier les bruits du fond, mais que pour les autres bobines il sera possible si je le désire, d’augmenter les volumes.

D’autre part j’ai pu intéresser un Etablissement des Boulevards, plus exactement c’est le Rialto, Fg Poissonnière coin du journal Le Matin, qui a voulu voir le film avec les disques, car j’avais l’espoir que s’il pouvait le passer en exclusivité, avec le montant de cette location j’aurais pu faire transposer la copie sonore sur pellicule…

Paris, 10 mai 1935
Paris, 10 mai 1935

Paris, le 10 mai 1935. Cher Monsieur Pastrone,

Il y a bien longtemps que je n’ai eu le plaisir de vous lire et je vous écris ce jour pour l’affaire Cabiria car j’ai pu, enfin obtenir du liquidateur la continuation de l’exploitation, laquelle d’ailleurs est à peu près nulle, maintenant, personne ne voulant plus de films sonores.

Au moment de la faillite au cours de l’année dernière j’ai pu, ainsi que je vous l’avais écrit, retirer les copies et de la publicité de chez Coopera.

Vous trouverez ci-inclus, les différents comptes d’exploitation:

(…)

Je n’ai pas jugé utile de vous donner tous les détails du montant des frais déboursés, mais je puis vous l’adresser si vous le désirez.

Il y a un tas de petits frais, mais ce qui compte surtout ce sont les factures payées à la Transoceanic et la transposition du son des disques sur la pellicule, qui avait été fait au début.

J’espère que vous serez bien d’accord avec le contenu de la présente et que je pourrai sous peu vous lire, sinon vous voir à Paris.

Dans cette attente, je vous prie d’agréer Cher Monsieur Pastrone, l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

Marcel Vauconsant

Alla prossima con: Perché non possiamo vedere il restauro (del 2006) di Cabiria in DVD (o Blu-ray).

Non mancate!

3 risposte a "Dossier Cabiria Quinto Episodio"

I commenti sono chiusi.