Icare 1919


Léonard de Vinci (Icare 1919)

Léonard de Vinci (Icare 1919)

Reconstitution Cinématographique en 5 parties. Métrage: 1570 mètres.

Première partie. Une Vocation

Le grand industriel Vergnaud, constructeur d’aéroplanes, ayant perdu sa femme après quelques années de mariage, a reporté toute sa tendresse sur sa fille unique, Edith, qui vient d’entrer dans sa vingtième année et dont la grâce rayonnante illumine toute la maison.

Une amie d’Edith, ayant témoigné le désir de visiter l’usine, la fille de l’industriel remarque au cours de cette visite un jeune homme en train d’étudier passionnément le mécanisme des merveilleuses machines. Ce jeune homme, Marius, délaisse volontiers le marteau et l’enclume, au grand désespoir paternel, pour se livrer è sa passion favorite: l’étude des problèmes de l’aviation.

Leur visite de l’immense ruche industrielle terminée, le hasard de la promenade conduit les deux jeunes filles au bord d’un étang. Edith d’étant penchée imprudemment pour cueillir une fleur de nénuphar, tombe dans l’étang. Aux appels désespérés de l’amie d’Edith, Marius accourt et arrive juste à temps pour sauver la jeune fille. Vergnaud veut récompenser le dévouement du jeune homme, mais celui-ci refuse l’argent qui lui est offert, objectant qu’il n’a fait que son devoir.

Quelques jours se passent, Marius hanté par la gracieuse image de celle qu’il a sauvée, vient chaque soir déposer des fleurs  sur la fenêtre d’Edith profondément émue par cet amour naissant qui n’ose s’exprimer. Avec l’aide de son amie Renée, la jeune fille persuade l’industriel de faire entrer Marius dans ses ateliers, et pour encourager une vocation qu’elle devine, elle remet au jeune homme un magnifique livre retraçant l’histoire de l’aviation.

Deuxième partie. La légende.

Pasiphae, épouse du roi de Crête, Minos, vient de remercier l’architecte grec Dédale, d’avoir sauvée Thésée, son noble amant. Une amie envieuse ayant surpris l’entretien, dévoile au roi Minos les coupables amours de sa femme. Le tyran, jaloux, se venge en faisant arrêter Dédale et son fils Icare et les condamne à expier leur crime par la solitude et la faim. Les deux hommes sont enfermés dans le fameux labyrinthe construit par Dédale lui-même. Pasiphaê, glissant inaperçue dans l’ombre complice, vient réconforter ses amis et sur la demande de Dédale promet à celui-ci de lui apporter des plumes et de la cire. Pasiphaê ayabt tenu sa promesse. Dédale se met aussitôt à confectionner des ailes pour son fils et pour lui-même. Un matin, aux premières lueurs de l’aube, les deux hommes s’étant évadés de leur prison prennent audacieusement leur vol vers la terre italique. Dédale prêche  la prudence à son fils. Il lui conseille d’éviter de raser les flots, l’eau pouvant l’alourdir, mais il lui recommande surtout de ne pas voler trop près du soleil, l’ardeur de ses rayons risquant de faire fondre la cire qui maintient les plumes de ses ailes.

Icare, avec l’insouciance et la témérité de son âge, défie le soleil et les plumes se décollant par la cire amollie, le premier homme oiseau est précipité dans la mer…

Troisième partie. De la Mythologie a l’histoire.

Léonard de Vinci, génie universel à la fois peintre, architecte et écrivain, est absorbé par une pensée dominante: la réalisation du vol humain.

Il explique à ses intimes que l’étude attentive du vol des oiseaux lui a suggéré l’idée de construire une machine à ailes mobiles dont le vol audacieux doit stupéfier l’univers, et il expose complaisamment à son auditoire les plans de l’appareil qu’il a imaginé. Les recherches de l’inventeur ne sont pas passées inaperçues au palais ducal et le duc désirant faciliter les travaux de Léonard, lui fait savoir qu’il met à sa disposition les jardins de son palais pour lui permettre d’effectuer ses expériences. Léonard s’empresse de déférer à l’invitation et expose au duc les principes de sa machine volante.

Cet appareil bien que n’ayant jamais réussi à prendre son vol, ne demeure pas moins, au même titre que l’invention du parachute due au même inventeur, la première tentative scientifique sérieuse dans la voie du progrès.

La postérité a retenue le nom du peintre de la Joconde comme celui d’un précurseur de l’aviation.

Quatrième partie. Premières tentatives empiriques.

Guidé par son bon génie, Marius poursuit son rêve merveilleux…

Dans une magnifique demeure du quinzième siècle, une noble châtelaine a convié ses amis. Une nouvelle extraordinaire vient soudain troubler la réunion: un homme, du haut d’une tour, veut imiter le vol des oiseaux. L’assemblée se précipite pour assister à cet spectacle inouï et voit maître Paul Guidotti, insuffisamment pénétré de la science du grand Leonard, se lancer témérairement dans le vide, du haut de la plus grande tour de Lucca, pour expérimenter le premier parachute.

L’appareil ayant mal fonctionné, Guidotti vient s’écraser sur le sol. La noble dame ordonne de transporter l’infortuné dans son château. Grâce  aux soins dévoués qui lui sont prodigués, Guidotti entre bientôt en convalescence. Pour le distraire, la châtelaine ordonne à son ménestrel de lui chanter la plus douce de ses chansons. Le ménestrel moqueur en profite pour railler l’imprudent, comparant sa témérité à celle du docteur Faust, dont le rêve merveilleux, suscité par Méphisto, finit de si lamentable façon. La châtelaine, irritée de ce persiflage, punit le ménestrel de son audace, tandis que le regard ému d’un des premiers héros de l’air, témoigne à la noble dame sa vive reconnaissance…

Les premières grandes expériences modernes s’inspirent des essais de Léonard de Vinci. Les patientes et fécondes recherches de Santos-Dumont et des frères Wright arrivent enfin à solutionner le problème du vol mécanique. Blériot à son tour passe la Manche. L’empire des airs est conquis par le génie de l’Homme.

Cinquième partie. En plein ciel.

La merveilleuse évocation du passé a pour conséquence de pousser irrésistiblement Marius dans la voie du progrès. Devenu successivement ingénieur et pilote, il passe ses nuits à perfectionner les travaux de ses devanciers. L’appareil, construit d’après ses plans, étant enfin au point, le jeune homme fait part à l’industriel Vergnaud et à ses camarades du projet grandiose qu’il a conçu: la traversée en avion de l’Atlantique.

Le jour du départ pour la grandiose épreuve est enfin arrivé… Des heures et des heures durant, ils vont au-dessus de la mer traîtresse, sans souci du danger… Ils arrivent enfin à New York où la rayonnante image de la Liberté salue au passage les preux de la nouvelle croisade.

Nota: Qualsiasi ulteriore notizia su questo film, distribuito in Francia dalla Société Soleil nel 1919 (produzione, regia, interpreti, ecc.) sarà molto apprezzata… grazie anticipate!

Informazioni su thea

Archivio del Cinema Muto - Silent Film Archive
Questa voce è stata pubblicata in Cronologia 1919, film scomparsi e contrassegnata con . Contrassegna il permalink.

2 risposte a Icare 1919

  1. Me encantó. Es una historia increíble y fantástica. Gracias.

  2. thea ha detto:

    Muchas gracias a usted por la visita.

I commenti sono chiusi.